energies-tech

Qu’est-ce que la biologie : un son et une musique ?

L’une des plus grandes découvertes de la science : L’ADN.

Chacun de nous en a reçu un, comme un livret de partitions, qui n’est jamais apparu sur terre et qui n’existera plus jamais après notre mort.

Ce « livre de partitions » peut-il être modifié ?

Découvrons ensemble comment

La biologie : de quoi s’agit-elle ?

La biologie – la science de la vie – se consacre depuis de nombreuses années à disséquer, photographier, séquencer et décoder les informations provenant des plus petites molécules de notre corps.

En quelques années seulement, nous avons pu obtenir des résultats incroyables grâce à la technologie et aux progrès des mathématiques, de la physique, de l’optique et de l’électronique.

Nos études de biologie ont commencé il y a 25 ans, lorsque les thermocycleurs dominaient dans les laboratoires de biologie moléculaire.

Depuis que Kary Mullis a inventé la réaction en chaîne par polymérase (PCR), une véritable révolution s’est produite dans la vie de tout scientifique désireux d’étudier le code de la vie (ADN).

Quelques heures d’attente et vous pourriez avoir des milliards de copies d’une information contenue dans notre livret d’instructions (ou comme on aime à le dire, une partition).

La biologie est une musique

L’une des plus grandes découvertes de la science de la vie a été de pouvoir interpréter ce code et de découvrir que chacun d’entre nous a reçu – au moment de la conception – un code qui n’est jamais apparu sur terre et qui n’existera plus jamais après notre mort.

Ce livret de partitions est copié dans chacune de nos 50 trillions de cellules pour leur donner la possibilité d’affiner leur propre fonctionnement, de construire leurs propres briques (protéines), de se reproduire, de s’agrandir, de savoir quand mourir.

Mais si ce livret contient une partition qui crée des briques défectueuses, serons-nous obligés de manifester une pathologie ?

L’épigénétique, aujourd’hui, nous dit non et a découvert que nos cellules ont la capacité de placer des signets et de décider de la partition à lire.

Nous pouvons modifier nos signets en fonction de la façon dont nous percevons les signaux de l’environnement qui nous entoure et même ajuster le volume avec lequel nous lisons chaque page.

Ce n’est que récemment que l’on a découvert ce phénomène, qui a entraîné un changement majeur dans l’approche de l’homme vis-à-vis de la biologie et de la médecine : De victime de ce qu’il a hérité de ses parents, il est devenu l’architecte de son propre destin, comme un chef d’orchestre qui peut décider de la mélodie à jouer dans chaque organe de son corps à un moment donné.

Les fréquences et les vibrations sont à la base de la communication cellulaire.

Depuis qu’on est enfant, on aime démonter les horloges et les radios que mon père ramenait de son atelier et essayer de comprendre le fonctionnement de chaque petit élément.

Cette approche analytique m’a conduit à étudier le fonctionnement et la santé du corps humain, en recherchant ses secrets dans le monde microscopique de nos cellules.

On n’oubliera jamais le moment où on a vu au microscope une cellule souche (indifférenciée, totipotente, capable de devenir n’importe quelle cellule de notre corps) commencer à pulser et devenir une cellule cardiaque.

Cette cellule avait reçu les nutriments et les signaux chimiques qui lui faisaient croire qu’elle était un « cœur ».

Cette cellule possède le même carnet de notes que toutes les autres cellules de notre corps, mais en raison des signaux qu’elle reçoit, elle décide de placer ses signets à cet endroit et de synthétiser des protéines cardiaques.

Aujourd’hui, vingt ans plus tard, quelque chose d’encore plus extraordinaire se trouve dans la lumière de nos yeux.

Le professeur Carlo Ventura de l’Université de Bologne nous montre comment les cellules communiquent entre elles par les vibrations de la lumière et du son, il nous fait écouter le son d’une cellule saine, malade et morte.

Mais ce qui est encore plus révolutionnaire pour moi, c’est que nous pouvons envoyer les mêmes signaux de différenciation à cette cellule souche non plus seulement par des nutriments biochimiques, mais par des fréquences sonores.

Quitter la version mobile